Le Roman Algérien (Chapitre 1), 2016 © Katia Kameli
7 Septembre
24 Novembre 2019

Début : 11 h 00  |  End : 19 h 00

Katia Kameli: She Rekindled the Vividness of the Past

Kunsthalle Münster Hafenweg 28 48155 Münster
7 Septembre
24 Novembre 2019

Début : 11 h 00  |  End : 19 h 00

"Katia Kameli : She Rekindled the Vividness of the Past" est la première exposition de l'artiste dans une institution allemande. L'exposition raconte et propose des histoires mais aussi leur déconstruction.  Le colonialisme et le post-colonialisme ainsi que la mémoire post-coloniale sont au centre des thèmes abordés.

Par l'attention portée à l'histoire de l'Algérie et dans l'écriture de son roman algérien, Kameli démontre que le concept de post-colonialisme ne se limite nullement à une période d'après-guerre, mais est étroitement lié aux conflits sociaux de la société contemporaine. Dans ses œuvres, l'artiste explore le pouvoir des récits, le rôle de l'usine à images et son importance pour la formation d'une identité nationale. Elle examine comment l'histoire coloniale et postcoloniale se manifeste en images et comment leur existence et leur absence ont une influence durable sur le patrimoine politique d'un pays. Elle s'interroge sur le rôle que jouent les images dans la production du savoir, sur le pouvoir politique et culturel qu'elles possèdent non seulement pour l'historiographie actuelle de l'Algérie, mais aussi en général. Elle questionne également la domination du pouvoir. 

 L'œuvre cinématographique  "Le Roman Algérien" (2016, 2017, 2019) reste au centre . Dans les trois chapitres de sonn oeuvre, l'artiste retrace la relation complexe d'une nation à son histoire au moyen de diverses sources iconographiques - surtout des cartes postales, des photographies et leurs négatifs. Un kiosque photo au centre d'Alger, une sorte d'archive ouverte, est le point de départ de son oeuvre. Le mur d'images du kiosque ressemble à une mosaïque de fragments d'histoires individieulles, dont la présentation ne suit pas d'ordre clair, agencée plutôt selon le principe de Warburg de bon voisinage. La Kunsthalle Münster présente aussi le film "The Storyteller" (2012) ainsi que plusieurs œuvres photographiques, collages et dessins dans lesquels Kameli explore l'ambivalence des récits historiques et la constante réécriture de l'histoire. Pour son œuvre en deux parties "Trou de Mémoire" (2018), l'artiste a photographié le monument "Le Grand Pavois d'Alger, Monument aux Morts d'Algers" (1928) de Paul Landowski et sa révision par le sculpteur algérien M'hamed Issiakhem. A l'aide d'un collage de cartes postales, Kameli révèle l'histoire du monument dans son œuvre - donnant un aperçu de ce qui se cache derrière la façade. Pour son travail "Bledi a possible storyboard" (2002), l'artiste a transféré des détails individuels de photographies historiques sur papier transparent. Ici aussi, l'histoire sonne comme une séquence d'images ; le jeu de l'artiste avec la matérialité fait apparaître les motifs comme fugaces, les suggérant plutôt que les formulant. Les œuvres de Kamelis sont complétées par une photographie prise par le photojournaliste algérien Louiza Ammi pendant la guerre civile algérienne. Les images oubliées sont visionnées, ordonnées et analysées par Katia Kameli, formant un chemin vers l'histoire algérienne et contribuant à la reconnecter avec elle. Dans ses œuvres, elle fait allusion à un désir d'enlever l'indétermination des images et de vouloir y mettre une vérité qui puisse être contrôlée, mais qui en fin de compte indique clairement qu'il n'y a pas d'ambiguïté, mais plutôt une multitude d'histoires différentes qui doivent être examinées.

Katia Kameli (née en 1973 à Clermont-Ferrand, vit à Paris) est une artiste et cinéaste. Ses œuvres ont fait l'objet de nombreuses expositions individuelles et collectives, dont les suivantes au CRP Hauts-de-France (2018), à la Biennale de Dakar (2018), à la Biennale de Rennes (2018), à la Biennale de photographie contemporaine, Heidelberg - Mannheim - Ludwigshafen (2017), au Centre Pompidou, Paris (2016), Mucem, Marseille (2016), Galerie Taymour Grahne, New York (2014), Bozar, Bruxelles (2014), Biennale de Lubumbashi, Congo (2013), Biennale de Marrakech (2012) et Biennale de Bamako (2011). En 2006 et 2011, Katia Kameli a mis en scène à Alger les plates-formes vidéo "Bledi in Progress" et "Trans-Maghreb" pour jeunes réalisateurs d'Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Kuratorin: Merle Radtke
Assistenz: Phuong Phan

Soutenu par le BDAP.

Plus d'informations.

Cet événement est en lien avec :

Soutien aux projets

Vous aimerez aussi

Samedi 07 sep 2019 - 11:00 - Lundi 25 nov 2019 - 18:00
Samedi 07 sep 2019 - 11:00 - Dimanche 24 nov 2019 - 19:00
Vendredi 13 sep 2019 - 16:00 - Vendredi 06 déc 2019 - 16:00