© Julie Friedrich

Conférence "Reconstruire la paix"

Sortir de la Grande Guerre : la France et l’Allemagne face aux défis de la paix après 1918

La France et l’Allemagne entretiennent au lendemain de la Grande Guerre des rapports particulièrement tendus que l’on qualifie souvent de « guerre froide franco-allemande », voire de « guerre après la guerre ». Alors que les autorités françaises espèrent, en effet, l’exécution intégrale du traité de Versailles, les Allemands sont ulcérés par ce « traité de la honte » (Schandvertrag), dont l’article 231 rend l’Allemagne responsable du déclenchement du conflit. Cette paix « dictée » par les Alliés à Versailles a démantelé une partie de leur territoire et leur impose de lourdes obligations (réparations, désarmement, occupation alliée en Rhénanie, etc.).

Pourtant, de nombreux historiens considèrent aujourd’hui qu’il serait excessif de faire de ce traité un obstacle insurmontable à toute tentative de réconciliation franco-allemande, voire de le rendre responsable du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale vingt ans plus tard. Bien plus flexible qu’on ne l’admet souvent, il permettait en réalité d’envisager des politiques assez opposées, allant de la stricte application de ses dispositions à une politique de concessions voire de révision. Clemenceau, le président du Conseil français, n’avait-il pas lancé aux députés français lors du débat de ratification du traité : « Ce traité si complexe vaudra ce que vous vaudrez vous-mêmes. Il sera ce que vous le ferez. […] Ce que vous allez voter aujourd’hui, ce n’est même pas un commencement, c’est le commencement d’un commencement ».

C’est donc à une lecture moins déterministe de l’histoire des relations franco-allemandes dans l’immédiat après-guerre, plus désireuse de rappeler les réelles possibilités de paix qui s’offraient à l’Europe dans les années 1920, que ces deux conférences ont souhaité inviter le public, dans un dialogue fécond entre historiens français et allemands.

Dates : 

  • Mardi 29 mai au DomForum de Cologne. Intervenants : Jean-Michel Guieu  historien et maître de conférence à la Sorbonne & Susanne Brandt
  • Mercredi 30 mai à Bonn. Intervenants : Jean-Michel Guieu, historien et maître de conférence à la Sorbonne & Gerd Krumeich

Les deux débats ont été modérés par Landry Charrier, Directeur de l’Institut français de Bonn.