hannah arendt preis

Table-ronde : Sur-vivre – Agir en toute liberté

15 octobre 2021
18:00 - 21:00

Veranstaltungs-Infos

Une conférence-discussion organisée par le Hannah-Arendt-Preis für politisches Denken e.V.

La politique est possible lorsque la survie est assurée. Cela n’était pas autrement dans les temps anciens qu’aujourd’hui. Sans sécurité pour la vie et l'intégrité physique, la lutte pour la survie prime dans toute société. Il reste alors peu de place pour une libre pensée politique. Sans sécurité, point de liberté.

Les sociétés actuelles expérimentent dans le monde entier une conjonction des restrictions des libertés par les structures étatiques et d’une accentuation de facto des fonctions protectrices de l'État. Au-delà de ses fonctions régaliennes de protection, l'État assure d'autres tâches de protection, qu’il s’octroie par des mesures mises en place par l’exécutif, au nom de la sécurité et de la santé collectives.

Il semble que la lutte pour la survie des sociétés démocratiques occupe tout l'espace politique. Ivan Krastev déclarait récemment : "Le Covid 19 a accordé un temps mort à la démocratie". À la lumière des événements récents, on pourrait ajouter : ... « et cela, à un moment où les sociétés libérales doivent lutter pour leur survie ». La restriction des libertés individuelles et publiques intervient dans une situation déjà marquée par les crises : les menaces de pandémies et d’attaques terroristes face auxquelles l’État est sollicité comme protecteur, s'accroissent, sans que l'on puisse en estimer la fin.

Mais l’expérience inverse n’est-elle pas tout aussi valable :  sans liberté, pas de sécurité ?
Les mouvements pour la liberté qui éclatent sans cesse dans le monde entier (notamment en Biélorussie et au Myanmar) indiquent que des sociétés civiles fortes émergent dans ce mélange confus, fixant des limites à l'exécutif et offrant un nouveau souffle aux libertés, même si elles ne sont pas assez fortes pour mettre définitivement fin à l'oppression.

Dans cette situation, les acteurs des démocraties doivent s'engager sur des questions telles que :

-  Comment l'action politique et l’organisation politique sont-elles possibles dans des contextes de menace et d'insécurité ?
- Les citoyens sont-ils capable/peuvent-ils/doivent-ils revendiquer un droit fondamental à l'action publique face à l’activité intrusive de l'État ? Avec quels objectifs ?
- Quelles mesures politiques permettent la sauvegarde et/ou à limitation des libertés ? 
- Quelles seraient les caractéristiques d’un mode de production, dans lequel l’économie de marché, les États et les sociétés civiles devraient constamment chercher un équilibre entre le bien commun, les intérêts individuels, la protection du climat et la conservation de la nature en tant que "raison d'État" ?

 

15 octobre 2021
18:00 - 21:00

Entrée gratuite

Institut français
Contrescarpe 19
28203 Bremen